Quelle superficie de bureaux est envisagée sur ce territoire ?

Le 29 Oct 2013 - Paul - Sevran

- Notre réponse -

Le futur quartier d’affaires du projet du Triangle de Gonesse proposera environ 1 million de m² de bureaux. Ces bureaux seront dédiés à différents types d’activité : des activités tertiaires et de décision (sièges sociaux, centres administratifs, services de gestion…), des activités tournées vers la connaissance et l’innovation (recherche appliquée/centres de services) et des activités au service de la production industrielle et technologique (centres de production, bureaux d’études, prestataires de services, PME/PMI…)


- Sur le même sujet -

Quel est l’objectif du Grand Paris pour la ville de Gonesse ?

Le 21 Mai 2017 - Antoine - Gonesse

Ce n’est pas vraiment une question mais un avis. Pour les pépinières Chatelain, le projet de développement du Triangle de Gonesse est créateur d’opportunités dans plusieurs domaines. Tout d’abord, il y a les nombreux chantiers paysagers, qui sont autant de marchés de fournitures potentielles pour les entreprises locales, leur permettant ainsi de profiter de ces opportunités pour se développer. Pour les pépinières franciliennes, cela concerne des marchés et des enjeux importants, pour lesquels des contrats de culture pourraient être mis en place, apportant par là une sécurité sur une partie de la production, en plus d’aspects de développement durable : favoriser l’économie locale, produire en circuit court, avec un bilan carbone plus faible, des plantes mieux adaptées au climat, avoir la possibilité de communiquer et de faire de la pédagogie autour des plantes en croissance… Ensuite, un projet de ferme urbaine dans le Triangle de Gonesse, c’est-à-dire une structure valorisant les productions spécialisées locales et implantées dans la nouvelle dynamique urbaine. Cette ferme s’organiserait autour de 4 pôles: production en agriculture urbaine, vente de produits fermiers/locaux, restauration, pédagogie/communication. Nous avons conscience de la présence d’une ferme de 7ha au sein d’EuropaParc, avec laquelle il faudrait travailler du coup en bonne intelligence, mais cet aspect de valorisation des produits locaux auprès des particuliers nous semble vraiment important, et nous ne souhaitons pas le négliger. Enfin, un projet au sein du parc de la patte d’oie de Gonesse, avec une partie production innovante et une autre partie commercialisation à destination des professionnels.

Le 18 Juin 2015 - Laurent Chatelain - Le Thillay