Des entreprises susceptibles de recruter des Gonessiens ont-elles fait savoir leur intérêt pour s’implanter ?

Le 2 Juil 2013 - Ludovic Henri - Paris

- Notre réponse -

Des premiers contacts positifs ont été établis avec des investisseurs dans le courant de l’année 2012.  Une phase de pré-commercialisation débutera en 2014.


- Sur le même sujet -

Ce n’est pas vraiment une question mais un avis. Pour les pépinières Chatelain, le projet de développement du Triangle de Gonesse est créateur d’opportunités dans plusieurs domaines. Tout d’abord, il y a les nombreux chantiers paysagers, qui sont autant de marchés de fournitures potentielles pour les entreprises locales, leur permettant ainsi de profiter de ces opportunités pour se développer. Pour les pépinières franciliennes, cela concerne des marchés et des enjeux importants, pour lesquels des contrats de culture pourraient être mis en place, apportant par là une sécurité sur une partie de la production, en plus d’aspects de développement durable : favoriser l’économie locale, produire en circuit court, avec un bilan carbone plus faible, des plantes mieux adaptées au climat, avoir la possibilité de communiquer et de faire de la pédagogie autour des plantes en croissance… Ensuite, un projet de ferme urbaine dans le Triangle de Gonesse, c’est-à-dire une structure valorisant les productions spécialisées locales et implantées dans la nouvelle dynamique urbaine. Cette ferme s’organiserait autour de 4 pôles: production en agriculture urbaine, vente de produits fermiers/locaux, restauration, pédagogie/communication. Nous avons conscience de la présence d’une ferme de 7ha au sein d’EuropaParc, avec laquelle il faudrait travailler du coup en bonne intelligence, mais cet aspect de valorisation des produits locaux auprès des particuliers nous semble vraiment important, et nous ne souhaitons pas le négliger. Enfin, un projet au sein du parc de la patte d’oie de Gonesse, avec une partie production innovante et une autre partie commercialisation à destination des professionnels.

Le 18 Juin 2015 - Laurent Chatelain - Le Thillay

En poursuivant l’urbanisation continue depuis Paris et en se privant des sols végétalisés, on créera une perte de chances pour le développement économique et les emplois. Ne faut-il pas l’éviter à tout prix dans cette zone où les emplois excèdent la population active et ou la population active, elle, atteint des records de chômage ? Voici la motivation de ma question. Artificialiser plus les sols de la Plaine de France : les risques pour l’air, l’eau, le climat, l’alimentation, la santé. PERTE DE L’ÉPURATION DE L’AIR Les cartes d’Airparif le montrent clairement, la zone de l’est du Val d’Oise et du nord de la Seine-Saint-Denis est en dépassement constant des pollutions de l’air tolérées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Artificialiser le restant des terres agricoles aura deux effets s’entraînant l’un l’autre : 1° accroître les sources et les concentrations des polluants par de nouvelles zones d’activités accroissant les transports et les émissions dans l’atmosphère, 2° priver la totalité des zones d’activités et des habitats de l’actuelle épuration (certes partielle) de l’air respiré. La conséquence sera la montée de la morbidité (maladies) et de la mortalité (décès) par l’accroissement rapide en nombre et en gravité des maladies respiratoires, des maladies cardiovasculaires, de l’asthme précoce. La santé des habitants mais aussi de tous ceux qui travaillent sera fortement affaiblie, ce qui causera de l’absentéisme scolaire, des maladies professionnelles, de l’absentéisme et du « turn-over »dans les entreprises. Non seulement les activités nouvelles, construites sur les sols agricoles, seront touchées (comment faire du ski à Europacity avec un masque à gaz ?), mais encore toutes les activités actuelles du transport, du commerce, de l’industrie et des services : la zone deviendra irrespirable. PERTE DE LA RÉGULATION DE L’EAU Les surfaces imperméables sont déjà trop importantes, ADP doit construire d’autres retenues et d’autres installation d’épuration; le Croult déborde de plus en plus vite; les inondations sont de plus en plus fréquentes et importantes à Arnouville, à Garges-les-Gonesse, à Gonesse; l’usine d’épuration de Bonneuil-en-France ne peut plus faire face aux crues du Croult augmenté du débit du Petit Rosne. Toutes les études montrent qu’une artificialisation supplémentaire aura un coût très important pour prévenir les inondations et épurer les eaux ruisselant sur les surfaces imperméables : qui financera ? APPARITION DES ILOTS DE CHALEUR Le projet global apparaît dans de nombreux documents officiels (Aérotropolis, Hubstart, Agence du développement, CEEVO, EPA Plaine de France …) : urbaniser de façon dense et continue depuis le centre de Paris jusqu’à Fosses et Louvres, sans aucune considération pour la qualité de l’air, ni pour le climat et même la santé. Toute destruction d’une zone végétalisée augmentera le maximum des températures, toute construction nouvelle augmentera le nombre des îlots de chaleur : là où l’on meurt le plus en période de canicule. DISPARITION DE TOUTE POSSIBILITÉ D’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE Les sols de la Plaine de France sont parmi les plus fertiles au monde. À condition d’y diversifier les productions et d’y accroître les emplois qualifiés, ils permettraient d’y réaliser une partie de l’arc des cultures maraîchères et fruitières qui devraient alimenter le nord-est de l’agglomération parisienne et lui donner l’autosuffisance alimentaire qui lui fait défaut. En bétonnant les dernières très bonnes terres fertiles, c’est l’avenir que l’on enterre. Vivre moins bien et travailler plus mal, est-ce le but recherché par l’urbanisation continue sur le Triangle de Gonesse?

Le 18 Juin 2015 - Jean-Claude Marcus - Ecouen